Cette mère de 68 ans, domiciliée à Chemin-Grenier, ne sait plus à quel saint se vouer. La raison est que son fils de 43 ans lui en fait voir de toutes les couleurs depuis qu’il vit sous son toit.

YOUR REACTION?

Lundi, elle a fait une déposition au poste de police de Chemin-Grenier et elle s’est rendue à la Family Protection Unit pour se procurer un Protection Order. Elle raconte :

Mo pas bizin faire nanyen pou ki li dire bann gros mots dans lakaz devant so garçon mineur. Li péna respect pou personne, même pas pou so papa de 81 ans ki malade. Lundi, linn avoy ene paire soulier lor mo figir.

La sexagénaire ne peut plus supporter les frasques répétitives d’un fils violent. Elle explique que le comportement de son fils a changé quand sa femme a quitté le toit familial.

Il a tout perdu, même la garde de sa fille. Il a un garçon qui vit sous notre toit et c’est moi qui subviens aux besoins de l’enfant. C’est difficile pour cet enfant de se concentrer dans un environnement comme le nôtre car il a besoin de donner le meilleur de lui-même pour les examens du PSAC.

Cette mère de famille soutient avoir tenté de venir en aide à son fils. Ce dernier a même été transporté à l’hôpital Brown-Séquard afin de suivre un traitement. Mais cela n’a pas apporté de changement positif dans son comportement, soutient la victime.

Mon mari et moi avons été victimes de ses coups dans le passé. J’ai une fois reçu une chaise en métal sur le dos, et il avait menacé son père avec un couteau. Il a été arrêté au début de l’année mais cela n’a provoqué aucun changement en lui. Avec ce Protection Order j’espère que la situation ira mieux.

Source: L'Express

Facebook Conversations




Latest Posts