Yashodhar Boygah, accusé de violence conjugale par son épouse, ne s’est toujours pas présenté au CCID. L’entrepreneur de 47 ans est activement recherché par la police.
Yashodhar et Sandhya Boygah.

La PPS a porté plainte contre son époux pour violence conjugale au poste de police de Rose-Hill, lundi 24 septembre. Le dossier a été transmis au CCID.

Dans sa plainte, Sandhya Boygah raconte que, dimanche matin, son mari se serait énervé et l’aurait injuriée. Il lui aurait ensuite tordu le bras droit et aurait menacé de la tuer. La PPS a cité comme témoin sa femme de ménage, une certaine Sharon François.

Voici ce que Yashodhar Boygah aurait lancé à sa femme, selon cette dernière :

To pas mari dans lakaz twa ! Bez to liki aller vilain pitin, si to pas content !

Il aurait ensuite ajouté :

Zordi pou ena dimoune pou mort dans sa lakaz la !

Sandhya Boygah, pour sa part, garde le sourire. La députée de la majorité était présente lors d’une remise de lettres d’intentions à 36 bénéficiaires de terrains, hier mercredi 26 septembre, à Rose-Belle.

Interrogée à la sortie, elle a une nouvelle fois demandé de respecter sa vie privée. Toutefois, lorsqu’on lui a rappelé qu’elle est comme la représentante des femmes qui sont persécutées par leurs conjoints, Sandhya Boygah a simplement répondu ceci :

Ce que vous avez dit est exact.

YOUR REACTION?

Facebook Conversations




Latest Posts